Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par actu-people

C'est historique en politique , François Hollande a annoncé hier à la télévision depuis l'Élysée, qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle 2017. La situation est inédite pour la Veme République. Avec une voix grave, et émotive pour lui il n'avait que « l'intérêt supérieur du pays ». Son Premier ministre Manuel Valls lui a désormais champs libre , qui va s'en doute dans les jours à venir annoncer sa candidature et peut-être sa démission en tant que Premier ministre.

 

François Hollande hier lors de son allocution s'est dit soucieux de ne pas provoquer « la dispersion » de la gauche. Plusieurs personnalités l'avaient exhorté à renoncer en effet beaucoup disait qu'il n'avait aucune chance en allant à Arnaud Montebourg à son ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault. «Les rites du pouvoir ne m’ont jamais fait perdre ma lucidité. Je suis conscient des risques qu’une démarche ne rassemblerait pas, aussi j’ai décidé ne pas être candidat à la présidentielle, je tenais a vous en faire part directement.» 

 

«Je le fais en prenant toute ma responsabilité et aussi en appelant a un sursaut collectif qui engage tous les progressistes, tout ce qui est cause ce n’est pas une personne mais l’avenir du pays. Je ne veux pas nous exposer à des aventures coûteuses ou dangereuses. Dans les mois qui viennent mon devoir sera de continuer à diriger le pays en m’y consacrant pleinement », a-t-il également déclaré.  

 

François Hollande est revenu sur son quinquennat notamment sur le chômage il a ainsi déclaré «L'engagement majeur que j'ai pris devant vous était de faire baisser le chômage (...) Les résultats arrivent plus tard que je ne les avais annoncés, j'en conviens, mais ils sont là», a expliqué François Hollande. 

 

«Depuis mai 2012 (...) j'ai agi avec les gouvernements de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls pour redresser la France et la rendre plus juste. Aujourd'hui, au moment où je m'exprime, les comptes publics sont assainis, la Sécurité sociale est à l'équilibre et la dette du pays a été préservée», a plaidé le chef de l'État.

 

 Évoquant aussi la retraire qu'il a abaissé à 60 ans pour les longues carrières et l'instauration d'une mutuelle obligatoire pour les salariés. Il a ainsi défendu son bilan. Sur le plan climatique il a mentionné la signature « à Paris » de l'accord mondiale sur le climat lors de COP21 en décembre 2015.

 

Il a tout même mentionner qu'il avait un regret celui d'avoir proposé « la déchéance de nationalité » « Je pensais qu'elle pouvait nous unir alors qu'elle nous a divisés», a-t-il alors déclaré.

 

 

Commenter cet article